Menu

24

Mar

Maison Passive: le concept fonctionne !

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie : Focus

Le concept d’une maison passive est de maintenir une température ambiante agréable sans la contribution d’appareils de chauffage contrairement à une construction classique. L’activité quotidienne dans la maison (êtres vivants, appareils électriques) dégage de la chaleur à laquelle s’ajoute la chaleur apportée par l’extérieur (ensoleillement). Ainsi ces diverses sources de chaleur suffisent à répondre aux besoins en chauffage.

maison passive
La construction de la maison passive passe obligatoirement par l’utilisation de matériaux isolants performants. Afin de limiter au maximum de la dépense énergétique de l’habitation.Très peu répandue en France, on dénombre actuellement environ 2000 constructions passives et plusieurs milliers dans le monde. Depuis peu, ce principe de construction attire de plus en plus de personnes soucieuses de réduire leurs dépenses énergétiques. Mais également pour le respect de l’environnement.

A l’avenir les bâtiments devront se rapprocher de la performance « passive ». En effet, en France, l’objectif du grenelle de l’environnement est d’atteindre pour les constructions d’ici 2020. C’est à dire une performance thermique équivalente à celle des bâtiments passifs.

Quels sont les défis pour les maisons passives ?

Pour répondre au label « maison passive » et non à une norme car à ce jour aucune norme n’existe en matière de construction passive. Néanmoins des préconisations sont requises pour prétendre à la construction de maison passive.

maison passive

 

Isolation thermique performante :
Le besoin en chauffage d’une maison passive doit être inférieur à 15 kWh/m2/an ce qui nécessite une isolation optimale. Il n’est pas rare de rencontrer des isolants d’une épaisseur comprise entre 30 et 40 cm dans les murs et parfois plus pour les toits et planchers.
Et cela passe également par la pose de menuiseries triple vitrage ainsi que des châssis très bien isolés combinant une jonction du bâti/châssis parfaitement bien mise en œuvre.
Les besoins en chaleur sont ainsi minimisés grâce à cette isolation très performante et par conséquent les déperditions énergétiques sont moindres.

déperdition chaleur
L’isolation d’une maison passive ne sera optimale que lorsqu’elle sera efficace au niveau des parois. En effet, aucun pont thermique ne sera toléré pour ne pas risquer une déperdition de la chaleur de l’habitation. Comme nous le savons déjà, les principales pertes de chaleur se font surtout aux points de contact entre les parois, les toits, les sols et la charpente.
Pour éliminer définitivement ces ponts thermiques, il est préconisé de recourir à l’isolation thermique par l’extérieur.

 

 

Ventilation et étanchéité :

Pour éviter les pertes thermiques de l’habitation par les joints et les fissures, l’étanchéité à l’air est mesurée par le test de la porte soufflante. Ainsi le test consiste à mettre la maison sous pression en remplaçant la porte d’entrée par une porte avec un ventilateur qui insuffle de l’air. Cette pratique est indispensable pour localiser les fuites d’air.
Une fois la maison parfaitement isolée et étanche à l’air, il faut veiller au renouvellement de l’air.
En effet, l’élément primordial d’une maison passive est d’assurer aux occupants un renouvellement d’air suffisant pour que ceux-ci puissent résider confortablement dans leur logement. Tout cela, sans perdre la chaleur intérieure de l’habitation. Mais comme la ventilation aspire l’air extérieur puis le rejette à l’extérieur après passage dans la zone chaude. Il est fort à parier que l’on chauffe l’air entrant pour finir par jeter cette chaleur à l’extérieur.

Récupération de la chaleur sortante :

La construction passive doit donc récupérer la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air entrant. Pour cela la ventilation doit être contrôlée par un système double-flux qui permet ainsi la maîtrise des débits d’air. Ainsi, cette ventilation est équipée d’un échangeur de chaleur qui consiste à récupérer plus de 75% de la chaleur de l’air sortant et la communique à l’air entrant.
Ce système de VMC double flux est adapté aux maisons passives car les besoins en chauffage de ce type de construction est très faible. Tout comme la production d’eau chaude qui peut être assurée par une production solaire ou bien un chauffe-eau thermodynamique.

Pour optimiser la ventilation d’une maison passive, celle-ci peut être complétée par un puits canadien. Ce procédé  consiste à canaliser la température du sol qui est supérieure à celle de l’air. L’air traverse un conduit et se réchauffe de quelques degrés en hiver et se rafraîchit en été.
Notez également qu’il est possible d’économiser encore plus en récupérant la chaleur des eaux sortantes (lave-linge, douche, lave-vaisselle) pour préchauffer les eaux entrantes venant du réseau.

Une maison passive est-ce vraiment écologique ?

La maison passive consomme très peu d’énergie ce qui peut la classer dans le rang des maisons écologiques. En effet, la dépense énergétique pour le chauffage doit être 2 fois moins élevée qu’une maison respectant les normes thermiques actuelles. Cette économie d’énergie diminue considérablement l’impact de l’habitation sur l’environnement. Mais le critère indispensable en termes d’écologie semble être plus du côté des matériaux utilisés. En effet, il faut s’assurer d’utiliser des matériaux biosourcés, 80% des maisons passives sont à ossature bois.

Malheureusement le développement des constructions de maisons passives est limité par le coût des matériaux performants et donc onéreux. Toutefois les réglementations thermiques successives tendent vers les épaisseurs et les performances de matériaux d’isolation de la maison passive.

La maison passive ne serait-elle pas le type de construction incontournable de demain ?


Découvrez notre gamme adaptée à l’isolation thermique en cliquant ici !

Mots clés